Monday, 14 December 2015

AVENT 3e DIMANCHE MESSE PARTIES MOBILES FRANÇAIS EXPLICATIONS ÉPÎTRE ÉVANGILE

AVENT 3e DIMANCHE MESSE PARTIES MOBILES FRANÇAIS
INTROÏT. Phil. IV.
— RÉjouissez-vous toujours dans le Seigneur; je le répète, réjouissez-vous. Que votre douceur soit connue de tous les hommes: le Seigneur est proche. Ne vous inquiétez de rien; mais en toutes choses faites connaître à Dieu vos besoins par les prières et les supplications. Ps. Vous avez béni, Seigneur, la terre qui est à Vous; Vous avez détourné la captivité de Jacob. V/. Gloire.
Réjouissez-vous.
COLLECTE.
— Prêtez votre oreille, Seigneur, à nos prières, et éclairez les ténèbres de nos âmes, par la grâce de votre visite, Vous qui vivez et régnez.
Épître. — Saint Paul, Phil. IV, 4-7.
La Joie et la Paix de Dieu.
MES frères, réjouissez-vous toujours dans le Seigneur; je le répète, réjouissez-vous. Que votre douceur soit connue de tous les hommes: le Seigneur est proche. Ne vous inquiétez de rien; mais en toutes choses faites connaître à Dieu vos besoins par les prières et les supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ.
Explication. — Se réjouir dans le Seigneur, c'est remercier Dieu de la grâce qu'Il nous a faite en nous appelant à la vraie foi, de l'espérance qu'Il nous a donnée d'une éternité bienheureuse, et de la continuelle protection dont Il nous favorise; c'est se réjouir des maux et des persécutions que l'on peut avoir à endurer pour le Seigneur, comme s'en sont réjouis les Apôtres, particulièrement Saint Paul.
p. 524
Dociles à l'exhortation qu'il nous adresse ici, que notre vie soit exemplaire, et pour les biens temporels mettons notre confiance en Dieu. Soyons pleins de reconnaissance pour ses bienfaits, et d'abandon, entre ses mains paternelles, dans tous nos besoins. Comment ce Dieu de bonté, qui prend soin des passereaux ( Matth. X, 29 ), abandonnerait-Il les hommes, ses enfants, recourant à Lui comme à leur Père ?
La paix de Dieu est le fruit de la bonne conscience qui nous unit à Lui, et éloigne de nous le péché, source de trouble et de crainte. Cette paix, que l'homme sensuel ne comprend pas, et que l'expérience seule fait connaître, a été la consolation et la force des Martyrs et de tous ceux qui ont été persécutés pour la justice. Purifiez votre cœur, unissez-vous à Dieu, et vous goûterez la paix et la joie de la bonne conscience, qui sont dès ici-bas le gage et l'avant-goût de la paix et de la joie éternelles.
GRADUEL. — Ps. 79.
Vous qui êtes assis sur les Chérubins, faites éclater votre puissance, Seigneur, et venez. V/. Pasteur d'Israël, prêtez l'oreille, Vous qui conduisez Joseph comme une brebis.
Alléluia, alléluia. V/. Seigneur, faites éclater votre puissance, venez et sauvez-nous. Alléluia.
ÉVANGILE. — Saint Jean, I, 19-28.
Témoignage de Saint Jean-Baptiste sur Jésus-Christ.
EN ce temps-là, les Juifs envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites vers Jean pour lui demander: Qui es-tu ? Il déclara la vérité et ne la nia point; il déclara: Je ne suis pas le Christ. Il lui demandèrent: Quoi donc ? Es-tu Élie ? Il dit: Je ne le suis pas. Es-tu le Prophète ? Il répondit: Non. Ils lui dirent alors: Qui es-tu ? afin que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu
p. 525
de toi-même ? Il répondit: Je suis la voix de Celui qui crie dans le désert: Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit le Prophète Isaïe. Or, ceux qui avaient été envoyés étaient des pharisiens. Il continuèrent à l'interroger, et lui dirent: Pourquoi donc baptises-tu, si tu n'es ni le Christ, ni Élie, ni le Prophète ? Jean leur répondit: Moi, je baptise dans l'eau; mais au milieu de vous se tient quelqu'un que vous ne connaissez pas. Il doit venir après moi, Lui qui est au-dessus de moi; je ne suis pas digne de dénouer la courroie de sa sandale. Ces choses se passèrent à Béthanie au delà du Jourdain, où Jean baptisait.
— Credo.
Explication. — C'est encore saint Jean-Baptiste que l'Église choisit aujourd'hui pour remplir auprès de nous son rôle de précurseur. Les Juifs, frappés de l'austérité et de la sainteté de sa vie, et de l'influence qu'il exerçait sur le peuple, lui envoient une députation pour lui demander: Qui êtes-vous ? Saint Jean leur répond avec humilité qu'il n'est ni le Christ, ni Élie, ni le Prophète annoncé par Moïse. Pressé de s'expliquer, il répond par une parole d'Isaïe qui renferme à la fois l'explication demandée et la garantie de sa mission, en même temps qu'elle convient parfaitement à son désir d'effacer sa personne et de ne laisser paraître que son message: Moi, je suis une voix.
Nous préparerons le chemin du Seigneur par une véritable pénitence. Or c'est à ses fruits que l'on peut juger si la pénitence est sincère. Ces fruits ne consistent pas seulement à former de bonnes résolutions et à détester le mal que l'on a fait, mais surtout à le réparer de toutes ses forces, et à prendre tous les moyens possibles pour l'éviter.
Ainsi, l'avare doit non seulement renoncer à son avarice, mais encore s'adonner à des œuvres de bienfaisance et de charité;
le médisant et le calomniateur, après avoir réparé le tort qu'ils ont fait au prochain, s'appliqueront à lui faire du bien par leurs paroles et par leurs œuvres;
le voluptueux, dit Saint Grégoire, s'abstiendra des plaisirs même permis;
celui qui est adonné à l'intempérance mortifiera son goût par une abstinence plus sévère.
Chacun, en un mot, doit être d'autant plus attentif à assujetir ses sens, qu'ils ont plus
p. 526
souvent ouvert au péché l'entrée du cœur, car il faut que les actes de pénitence correspondent aux péchés commis.
Ainsi, le pécheur prouvera qu'il a réellement renoncé au péché pour servir Dieu, comme Zachée, Saint Matthieu, Sainte Madeleine, Saint Paul et tant d'autres Saints.
Pour moi, je baptise dans l'eau. Le baptême de Saint Jean ne conférait pas la grâce par lui-même, c'était simplement une figure et un signe, pour témoigner qu'on détestait ses péchés, et qu'on voulait en faire pénitence. Il était réservé au baptême de Jésus-Christ d'effacer le péché originel et les péchés actuels, et de conférer le caractère indélébile d'Enfant de Dieu.
Il y en a un au milieu de vous que vous ne connaissez pas. Ces paroles ne s'adressent-elles pas aussi à nous ? Pratiquement, n'agissons-nous pas souvent comme si nous n'étions pas Chrétien, comme si Jésus n'était pas au milieu de nous ? Nous voici déjà à la troisième semaine de l'Avent. Hâtons nous, le Seigneur est proche, nous répète l'Église dans sa liturgie; il est temps pour nous d'imiter l'exemple de Saint Jean, en nous humiliant sincèrement devant Dieu, et de nous purifier de nos péchés, par les sentiments et par les œuvres d'une vraie pénitence.
OFFERTOIRE. — Ps. LXXXIV.
Seigneur, Vous avez béni la terre qui est à Vous: Vous avez détourné la captivité de Jacob, Vous avez pardonné l'iniquité de votre peuple.
SECRÈTE.
— Faites, Seigneur, nous Vous en supplions, que notre piété Vous immole sans cesse cette Hostie, afin qu'elle produise l'effet pour lequel Vous avez établi ce saint Mystère, et qu'elle opère admirablement en nous le salut que nous attendons de votre bonté. Par Notre-Seigneur Jésus-Christ.
Préface, ( de la Sainte Trinité p. 599 ou )
À Paris et en divers Diocèses, on dit, pendant l'Avent, la Préface suivante:
p. 513.
IL est véritablement juste et raisonnable, il est équitable et salutaire de vous rendre grâces en tous temps et en tous lieux, Seigneur Saint, Père Tout-Puissant, Dieu Éternel, par Jésus-Christ Notre-Seigneur, que Vous avez promis, ô Dieu de miséricorde, et fidèle dans vos promesses, pour être le Sauveur du genre humain perdu par le péché, dont la lumière instruise les ignorants, dont la sainteté justifie les impies, dont la force fortifie les faibles. Puis donc que Celui que Vous devez envoyer approche, et que le jour de notre délivrance commence à luire, pleins de confiance en vos promesses, nous ( 514 ) nous livrons à une sainte joie. C'est pourquoi nous nous unissons aux Anges et aux Archanges, aux Trônes, aux Dominations et à toute l'armée céleste, pour chanter un cantique à votre gloire, disant sans cesse.
Saint, Saint, Saint ...
COMMUNION. — Isaïe, XXXV, 4.
Dites: Vous qui avez le cœur abattu, prenez courage et ne craignez point, voici notre Dieu qui vient, Il nous sauvera.
POSTCOMMUNION.
— Nous implorons, Seigneur, votre clémence, afin que ces divins Mystères que nous venons de recevoir, en nous purifiant de nos péchés, nous préparent à la solennité qui approche. Par Notre-Seigneur Jésus-Christ.
A VÊPRES.
— Hymne Creator, et V/. Roráte, p. 514.
À Magnificat. — Saint Luc, I.
Ant. Vous êtes heureuse, Marie, d'avoir cru au Seigneur: tout ce qui vous a été dit de la part du Seigneur s'accomplira en vous, alléluia.
GRANDES ANTIENNES
DITES « LES O DE L'AVENT ».
Les 7 Antiennes appelées O, parce qu'elles commencent ainsi, contiennent les promesses que Dieu a faites aux Patriarches de leur envoyer le Messie. — On les commence le 17 Décembre et on les dit en entier avant et après le Magnificat.
La Terre avait besoin de Lui, L'Église nous le rappelle.
La Terre avait besoin de Sagesse, O Sapientia !
La Terre avait besoin d'un Conducteur, O Adonaï !
La Terre avait besoin d'un Sauveur, O Radix Jesse !
La Terre avait besoin d'un Rédempteur, O Clavis David !
La Terre avait besoin d'une Lumière, O Oriens !
La Terre avait besoin d'un Roi, O Rex Gentium !
La Terre avait besoin d'un Dieu qui demeurât toujours avec elle. O Emmanuel !














No comments:

Post a Comment